Prévention des attaques de requins : consignes de sécurité à l’attention des plongeurs

Le président de la commission médicale de la FFESSM-NC, Dr Claude Maillaud, vous propose une fiche synthétique des consignes de sécurité à suivre lors de nos plongées pour prévenir les attaques de requins :

Télécharger ces recommandations en PDF

Consignes générales

  • Ne jamais se mettre à l’eau seul ; deux est un minimum en toutes circonstances ;
  • Ne pas se mettre à l’eau de nuit, au crépuscule, en fin d’après-midi ou au lever du jour ;
  • Ne pas se mettre à l’eau dans une mer trouble, après de fortes pluies ou au voisinage d’une embouchure de rivière ;
  • Ne pas se mettre à l’eau à proximité d’une source potentielle de nourriture pour certains requins potentiellement très dangereux*, telle qu’une carcasse de cétacé, un port de pêche, un abattoir, une décharge publique, ou une zone de rejet de déchets d’origine animale ;
  • Ne pas se mettre à l’eau dans une zone où des requins potentiellement dangereux** sont communément observés, a fortiori si des attaques y sont déjà survenues ;
  • N’accorder aucun crédit aux équipements de protection individuelle constitués d’un bracelet contenant un aimant ; n’accorder qu’un crédit relatif aux équipements de protection individuelle générant un champ électrique, dont l’efficacité apparaît incomplète***.

Chasseurs sous-marins

  • Ne jamais conserver un poisson capturé à la ceinture, dans la combinaison, sur la flèche, sur une filoche, sur une bouée ou à la main ; utiliser systématiquement une plate de plongée pour stocker les poissons capturés, à moins de chasser à proximité immédiate d’une embarcation ;
  • Achever immédiatement le poisson capturé à l’aide d’une dague ; le sortir de l’eau sans délai ; ne jamais le vider – voire le saigner – dans l’eau ou à proximité de chasseurs sous-marins en action ;
  • Savoir sortir de l’eau en présence d’un requin inquisiteur, lorsqu’un ou des requins se sont appropriés ou des poissons fléchés, ou en présence d’une parade d’intimidation****.

Apnéistes

Se référer aux consignes générales.

Plongeurs en scaphandre autonome

  • Proscrire le nourrissage de requins (shark feeding – au demeurant interdit en Nouvelle-Calédonie) ;
  • S’abstenir de toute autre manœuvre destinée à attirer les requins – telle que la stimulation sonore produite à l’aide d’une bouteille en plastique ;
  • Eviter de plonger en recycleur dans une zone ou des requins potentiellement dangereux** sont susceptibles d’être présents – les scaphandres en circuit fermé étant réputés autoriser aux requins un comportement plus volontiers inquisiteur que les appareils à circuit ouvert ;
  • Savoir sortir de l’eau en présence de requins inquisiteurs ou agressifs, ou en présence d’une parade d’intimidation****.

NB : les consignes générales s’appliquent également aux nageurs en palmes-masque-tuba (PMT), aux baigneurs et à toutes les autres catégories d’usagers du milieu marin.

* Il s’agit des requins opportunistes d’une haute dangerosité pour l’homme que sont le requin tigre, le requin bouledogue et le grand requin blanc.

** Il s’agit des mêmes espèces que précédemment ; les autres espèces dangereuses pour le chasseur sous-marin sont principalement le requin citron, le requin pointes blanches de récifs et le requin gris de récif – la banalité de la présence de celui-ci sur certains sites ne devant pas faire sous-estimer sa dangerosité potentielle en chasse sous-marine ; cette liste n’est pas limitative, tout requin représentant un danger potentiel lors de la pratique de cette activité ; l’apnéiste et le plongeur en scaphandre autonome sont concernés par les mêmes espèces, à la différence près que le second n’est qu’exceptionnellement victime d’attaques.

*** Les données scientifiques concernant ces deux types de dispositifs sont peu nombreuses, ce qui incite à la prudence ; seule la technologie utilisant la production de champs électriques est créditée d’une efficacité incomplète, et limitée à certains dispositifs.

**** Comportement spécifique des requins gris de récifs, consistant en une nage saccadée et contorsionnée, avec abaissement des nageoires pectorales, préludant à une attaque territoriale s’il est ignoré.

Nouméa, le 28/05/2021

Dr Claude MAILLAUD, Président de la Commission médicale et de prévention – FFESSM-NC

Crédit photo : Amandine DANTENY – vie-sous-marine.photo